Grèce

Grèce

Athènes, sans temps mort

Par el-beubeu
Athènes, sans temps mort

Ce Tripper décide de faire le tour de l'Europe en un temps restreint, ce qui donne une ambiance mouvementée à ces récits souvent bousculés par des inattendus. Retour sur la Grèce, au milieu de son voyage...

Tout d'abord je tiens a saluer l'hospitalite des Atheniens. Apres mon periple en bus, je me retrouve dans une gare, perdu, n ayant pour unique point de repere que l'adresse de mon auberge de jeunesse. Je demande donc mon chemin a un jeune et a ma grande surprise il m'a conduit au bus qui devait me poser non loin de ma destination ( cela a bien pris 15 min de son temps). Je lui propose de prendre une biere pour le remercier et il refuse poliment tout en m indiquant ce que je devais faire dans le bus pour ne pas me perdre. Donc premier contact avec les atheniens des plus chaleureux.

Apres cela, petite galere pour trouver l hotel car il se presentais sous la forme d une simple porte dans une petite rue sans ecriteau pour l identifier, mais apres une heure de recherche (avec un petit saut au cyber cafe du coin) j ai finalement trouve ladite auberge. Une fois de plus je recommande cette auberge car l hote est une des personnes les plus chaleureuses qu il m ai ete donne de rencontrer (et elle parle francais ce qui est un plus non negligeable). Petite auberge qui ne paie pas de mine mais ou il fait bon d y vivre. Myriam ( l hote) nous acceptais comme les membres de sa famille, plaisantais avec nous, nous indiquer ou aller pour optimiser notre temps, ou bien manger pour pas cher, les magasins environnants, etc...

Dans cette auberge se trouvais deux francais avec qui j ai beaucoup echange: une jeune fille mordu de Grec ancien et d archeologie qui a etait ma guide durant une promenade nocturne et un Breton fort simpatique avec qui nous avons affronte la foule de l Acropole.

Deuxieme jour direction l Acropole, je ne savais pas a quoi m attendre, je pensais trouver un monument bien entretenu et vierge mais en faite il etait en restauration donc plein d echaffaudages et de structures metalliques a l interieur ce qui enlevais de son charme. Neanmoins j ai apprecie ce lieu et ces alentours malgre l omnipresence de touristes... du monde de partout, impossible de prendre une photo descente sans avoir un bout de tete :( . De plus, durant tout mon sejour la chaleur etait ecrasante et le temps lourd.

Apres ce tour au abord de la Grece antique retour a la modernite, je vais a nouveau au cybercafe qui m a permis de trouver mon chemin et je vais y passer la nuit a geeker et a skyper la famille/ami (6 euros pour rester la journee, le prix est derisoire). A cote de moi des greek geek sur LoL.

Mon grand coup de coeur d Athenes restera le Gyros: pour 2,50 euros nous avions un petit kebab/frite avec du Tatsiki accompagne d une brochette de viande (origine inconnue) avec une excellente sauce citronnee... en parler m en met l eau a la bouche. Si vous etes un gros mangeur prenez 4 euros avec vous...

La veille de mon depart pour je ne sais ou car je n avais pas encore trouve comment rejoindre Budapest a partir de la Grece, les anglo saxons de l auberge etaient hysterique car il y avait une soiree open bar. L appel de l alcool semblait les rendre fou, animer d un esprit non connu par les hommes. Je ne les ai pas accompagne car je voulais me lever tot le lendemain afin de prendre des photos a l Acropole san trop de touriste.

Donc le lendemain je me leve de bonne heure, arrive au pied de l acropole 30 apres son ouverture en esperant qu il n y aurait pas trop de monde, je ne me suis jamais autant fourvoye. En effet, jour de fete nationale, tout les monuments etaient gratuits et part extension plein a craquer. J ai eu droit a ma petite marche matinale en compagnie de mon ami breton pour ensuite me rabattre sur le musee situe au pied de l acropole avant mon depart vers l inconnu.

 

Commentez cet article

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !